Resilience through stronger local roots

The Coronavirus crisis is the first one of the decennium. The first of a series of waves that are already known. On top of other “black swan” surprises.

Here are some of the next ones : 

  • Older populations exiting the work market, without enough young talent flowing in (>2021)
  • Energy cuts of ageing energy production units (2021 – 2030)
  • Pension systems bugging because of massive ageing (2024-2025)
  • Pension funds and stocks value volatility because of stock market crashes (2020-2030)
  • Multiple resources disruptions (2022-…)
  • Real estate prices dropping because of too high renovation costs combined with legal obligations (2020)
  • Housing unsustainable and unavailability of low cost rental (2020-2030)
  • Technological evolutions exponential without talent for maintenance and security leading to vulnerability to hacking, unreliability and entropical collapse (2026-2028)
  • Large scale talent hunt leading to business discontinuity. (2021-2030)
  • Large scale climate migration (2025-…)
  • Political instability, democracy at risk (2021-…)

All our incoherences will hit one by one, as waves, and will force us to build more resilient economic and societal systems. So in practice, our political leaders and entrepreneurs will have to get prepared to adapt to rebound and…re-build differently – far away from a “react to resist / weather the storm” mode.

Same story at personal level : our limiting beliefs, our unhealed traumas, our egos and fears, leading to major incoherences in our posture, way of life, jobs, relations, etc, will have to be withdrawn to give space to more coherence.

Same story again at company level : mission, purpose, vision, values (for real) as well as business models and operations  will step by step have to mutate towards more consistent, transformative and regenerative organizations , fostering new alignment. Or disappear. 

So now, inside this confinement period preparing the “day after”, those who think that it will be possible to come back to “business (nearly) as usual”, leaving aside all attempts to bring sustainability, regenerative and resilience principles into the models, will go even further into the pitfall of has-been businesses and leaders. An even faster run into the mass grave of dinosaurs. And maybe, maybe it is better to deal with those as fast as possible, to limit mass destruction. We can fairly bet on the fact that large corporations will not make that move. Too huge to shift into agility. 

The basic principle and paradigm is GLOCAL: a local, well intertwined ecosystem of businesses answering vital functions (Commons) of local communities, crossing (underused) resources and (unmet) needs. This on multiple value levels (cfr. 7D-Value multiple balance sheets). To make it work, new collaboration templates should be built between coalitions of local authorities, companies and SME’s, and citizens. A new generation of genuine peer-to-peer collaborations will be at the core of so-called “Resilience Communities”. 

Resilient and Agile leaders will still have their jobs and businesses next year and will attract the best talents and allies.

Because they will cooperate not only with “think alikes” but also with “unlike minded actors”, because they will look for inspiration from early adopters and pioneers, because they will be ready to move beyond their glass ceilings, because they will dare to trust people and believe in the power collective intelligence.

The map of the next decade is full of landmines for sure, but also full of treasures to be unveiled. Show courage, respect and openness ! Get prepared and equipped !

Michel de Kemmeter
Philippe Drouillon

Rebuilding our economy post systemic crisis: the old way, or is there a new way?

Stranded in mud

We are in a never experienced moment in known history of mankind: over 2 billion people confided at home, a tremendous systemic crisis happening in front of our eyes. The daily cost of this situation is between 500 million and 1 billion euros for Belgium only (excluding immaterial and human costs on long term which are colossal). But above all, people are realizing some absurd aspects of the world we were in, of their crazy job rythm, the lethal run to unsustainable CO2 emissions and ecological destruction, and the incoherence of the political and economical system. Children – on their side – are happy because the colossal snake is biting, and eating its own tail, proving its own unsustainability – contemplating its nearby death. No need to march any more.

Multiple angles

So, financial bottom line is no longer true bottom line. Truth is hitting wildly: “Human species is the only one on this planet which pretends to control, and which adds no value to the world. The bottom line is that it destroys people, planet and profit”. We thus have to pull other sciences in (Economy as we have been taught not even being a hard science…)  Psychology, sociology, antropology, pedagogy to start with. Followed by geology, biology, chemistry, art and culture etc… Transversally, and seriously.

How are we going to get out of this ?

The “people in charge” will stick to known recipes. It is always difficult for incumbent authorities to admit their own responsibility or lack of preparation. Saving the banks and airlines, pouring thousands of billions as “quantitative easing” on financial markets, offering financial help to people and companies to sustain their next months of survival (with money they do not have). This is a perfectly normal reaction and these measures are anyway necessary – but they don’t tackle the more systemic issues which remain high on the agenda: climatic changes, financial instability, social diseases which are intertwined. If those recipes go without a fundamental rethinking of the system itself, this will lead to colossal wasted money, lost hopes, and precious time loss – just postponing the questioning for another few months or years while worsening the burden for next generations. And above all, an amplification in the trend of loss of confidence of the larger public in their competence since authorities have repeatedly proved to be unable to foresee and correct the weakest points of our system. All the predictions of national banks, planning offices of states and supranational administrations were wrong. Even though lots of voices screamed for a systemic perspective and pragmatic future scenarios, the establishment ignored those, and stared in front of their linear extrapolations. This attitude will lead soon to social unrest and populist pressures, accentuating systemic blocking of economy and society.

Lessons learned

The last global financial crisis of 2008-09 shows clearly how we lost a historical opportunity of coherent reforms because, once the authorities believed that the economy was running again, they all abandoned their commitments to remedy the systemic causes of the crisis. Out of laziness or incompetence ? This time, the health crisis and the new global financial crisis which arrives like a tsunami, provide another historical opportunity we cannot miss. The present situation is naturally more pro-change-oriented for two reasons: on the health side, the crisis is both global and individual. Nobody can escape – and fear already makes people to change and open their minds. On the macro-financial side, the fragilities accumulated by the insufficient reforms, the lack of national budgetary and monetary rooms for maneuver, and the accelerating climatic changes, make inescapable the worst global financial crisis of all times, and therefore a return to “business-as-usual” behavior led by the “rent-seekers” should become much harder. Meeting such challenges will oblige policymakers to adopt more systemic reforms for overcoming the inefficiency of old recipes. But are they prepared for this ? No. There is at least one missing piece: the capacity of managing complex challenges. This is where systemics come in.

Lets make our case

The absolute urgency is not to “save an old system”, but to prepare people, companies, and political leaders for higher resilience. Nor to “come back” every time to the norm of the past, or to break existing forms, but to adapt to evolutive norms as life behaves in a “trial-and-error-process”, learning from shocks pointing out incoherences. Every upcoming crisis will break incoherent and inefficient systems to pieces. Step by step. Whether we want it or not. It is called “entropy”, systemic inefficiency and inner chaos, which could only be tackled through better organization by cleaning our customs and behaviors. This is what evolution and history teach us: progress means systemic changes. In nature, species, in our companies, in our state administrations, justice, even in our own lives. Unstandable chaos and torment. But people will have had a few weeks to slow down and line up priorities. Will they be willing enough and have enough energy to boost twice as much after lockdown ? And take high pressure shit-jobs again ? Check it out. Lets talk again in 2 months… The people, and some of their heroic postures, will be our biggest allies. After every major ordeal emerge major societal shifts. Maybe this is the time for collective intention of mutating a destructive model into a regenerative one.

Black swan and urgency

Reacting in urgency on this crisis – which in itself is an unexpected “black swan” (first of along series if we have to believe hundreds of studies on historical converging challenges) – will cost at least 100 billion Euros for Belgium, and 1 billion Euro/day loss, without even starting to manage the other 20+ challenges coming up as multiple tsunamis. This would be totally naive, irrational and incompetent. We have calculated that they will cost over 9 trillion Euros, if managed one by one, linearly, within the timeframe of 11 years (only for Belgium). We are entering a decade of multiple risks and black swans, and converging historical challenges. We do not have that amount of money, and we do not have the time, talent and project management either – and even less the political system for it. We will not have any transition plan whatsoever in this country because of the multiple levels of power blocking everything – let aside the egoistic and patricratic agendas of our elected. The game is rigged. Checkmate. Do our policymakers and governments sincerely believe they will “bring back the going concern” by flooding the world with debt-money ? With no more questioning ? No. This cannot be credible. But “they” will try – within urgency.

All the decisions taken in the next few weeks will deeply impact our society and economy for the next years. Mistakes will cost multiples of crisis cost, and wise decisions injected will be the seed of the next sustainable paradigm.

Let’s face it

We can only manage a systemic crisis with systemic thinking and intelligence. With capacity to manage complexity. It is a true science. Time for a little homework. Simplistic thinking out – complexity management in.

But first, let’s get back to basics.

Where do we truly want to go with humanity on this world ? A place where everybody can live happily, in good health, fulfill and bring the best to progress common good.

Do we have a goal setting ?

Yes. Just follow the 17 SDG’s.

How do we get there ?

No idea. All plans have failed up to now.

The rest is full-blast vulgar greenwashing. Announcements and promises, but no intention whatsoever to act towards that common noble goal. Because their true urgency are bonuses and dividends. Stop dreaming.

We have 2 major problems 

  1. INTENTION. We are not focused to that common goal and noble intention, and too much focused on accumulating nevrotically as much money as possible for ourselves. Frankly, nobody truly cares enough, and we do not believe in our governments any more to succeed that transition anyway. Ethics have to enter into all discussions, plans and decisions.

  2. TOOLS. We do not have the tools to do so. The monetary system and accounting rules do not valorize what truly is important (environment, social peace, common progress), and is asymmetric (the dollar as a world currency), incomplete and unbalanced. The methodologies and ways of thinking and working still are linear, not systemic, not multifunctional. We need systemic and pragmatic road books and measuring tools.

Do we have best practices ?

Sure. Argentina 2001. Local complementary currencies, communities getting organized locally, cooperatives of workers restarting factories.

Extrapreneurs: formats where citizens willing to learn and to collaborate with companies, public services and academics, create new business models based on systemic intelligence.

And hundreds of leaders who succeeded to stand out with holistic and systemic intelligence, with lots of common sense and vision. Club of Brussels is gathering them as we speak. Rethinking the system has been on the agenda of dozens of people since over two decades. Under the radar. But today is the day. Whether “they” want it or not.

As Jaime Lerner says: “Creativity starts when you take one zero off your budget. Two is even better.”

Good. We have no money left – and even if there is, the plan will fail anyway. This is where we come in.

This is a draft of our plan:

TOP DOWN:

  • Intercontinental collective wisdom: mapping what their respective wise communities can bring to the world

  • Continental collective talent: mapping what can every country bring as uniqueness

  • A robust monetary system with new diversity enabling new value chains.

  • A strong message and invitation to the people: “We need everybody, every pair of hands, every talent, whatever age, education race or religion. If we work all together, we will be able to build the world we dream to live in. Lets stop destroying ourselves with fear and doubt – we believe in you people.”

  • Bring holistic and systemic intelligence in a “Economic and Societal Transition Center & Taskforce” connecting experts, entrepreneurs, leaders, scientifics, etc together to bring the best to the people, companies and politics.

  • Bring the basics of systemic intelligence and complexity management for individuals, families and organisations to the large public.

BOTTOM UP:

  • A B2B dynamics to reconnect small businesses on a local and regional basis, crossing underused resources and excellences together. Mutualize their intelligence to protect “vital functions” of their operations. On medium term, bring new coherence, new ways of working and new business models towards more resilience and flourishing futures (Wise Impact Leaders Clubs)

  • A blueprint for local education and co-entrepreneurship (Extrapreneurial model), to solidify local communities with local authorities, to reconstruct vital functions for the people to survive. Connect those communities together with solutions on knowledge platforms.

  • A set of guidelines local territories to enhance their resilience and self-sufficiency thanks to their

  • A blueprint for Family Capital assessment and consolidation. Social peace and resilience starts in families and “small circles”.

  • Individual reconnexion and invitation to emerge to ones “IKIGAI’s”. Reconnect to passion, talent, dreams, and eventually encapacitation of every individual.

  • Online Crowdsourcing of solutions to fill-in creatively the basic needs of people and society. Its time to map the value that was under the radar for too long.

Known pieces

This plan is just an aligning known pieces of puzzle, existing methods. We do not have to reinvent the wheel. Everything is there. All of these are very very low cost, and have the side effect to reconnect people, give trust, empower individuals and teams, innovate pragmatically with existing and underused resources, and will avoid social unrest…

All this is in majority brain-juice and connecting dots.

Glocal

It will foster “GLOCAL” knowledge clusters: global knowledge connected to local coalitions of players. Nurture resilience communities: alliances between citizens, companies, local authorities, with pokes to science and media. This is full leverage.

But, we are not naive, and know this plan will not get to the top of all agendas:

After lockdown, there will emerge two very clear new groups of people:

  1. The ones that will have chosen for their true power, identity and unique added value, that (finally) decided to bring the best of themselves to the world. As citizens, companies, public institutions, cities or countries.
    — Great, welcome to the new resilience communities.

  1. The others who will be afraid, and will stay in dependance of whoever tells the best story. Those will be recuperated by companies and governments that build their nevrotic strategies on fear, ego and control. This is where the Big Brother scenario gets to the next level.
    — It is your free will, but you will have a hard time

We cannot force anybody. Lets be a role model, inspire and show.

No in betweens any more.

Incoherences will be very visible.

But, the combination of million of small steps – all together – will create tremendous systemic progress.

Et si on créait plus de valeur ajoutée avec nos déchets?

Illustration ©Vincent Dubois

Il existe déjà de nombreuses solutions locales dans le monde, mais il faut aller beaucoup plus loin, upériser le recyclage des déchets…

Nous avons tous vu ces vidéos d’horreur des déchets flottants parmi les pingouins, les montagnes d’ordures en feu dans des pays en développement et les plages de rêve transformées en cauchemar. Et de se rendre compte qu’une partie de nos déchets était envoyée vers la Chine. Impensable. “Peux mieux faire” dirait mon instit’…

États des lieux

On le sait, les tonnages de déchets vont doubler d’ici 2050. Parallèlement, le transport devient de plus en plus cher (les taxes notamment) et a un impact CO2 énorme sans compter l’encombrement des routes.

Il y a aussi déjà une pénurie de chauffeurs. Les zones de basses émissions empêchent les camions d’entrer en ville. Et puis la législation qui va avec est devenue un vrai casse-tête. Les prix de vente des matériaux de récupération ont, pour leur part, déjà diminué de moitié, et cela va continuer.

De très gros investissements seront donc nécessaires à court et moyen terme (camions de collecte propres, tri, traitement), opéré par des entreprises en oligopole. Pas très clair tout cela…

À cela s’ajoute les lois européennes qui vont aussi venir “disrupter” ces grosses installations. Nous allons devoir nettement moins incinérer et moins mettre en décharge. Donc, autant dire que certaines de ces installations ne pourront pas être amorties.

Quant à la qualité de tri, elle reste mauvaise, compliquant le recyclage même. La pire situation reste dans les pays en voie de développement qui deviennent des décharges à ciel ouvert. Dans nos pays, les taxes liées aux collectes et tri des déchets vont donc augmenter, favorisant la décharge sauvage alors que 75% des déchets sont potentiellement recyclables, et que même en Occident on ne recycle que 30%.

Notre idée folle

Face à ce constat, début 2017, nous avions eu une idée un peu folle: celle de recycler les déchets de façon délocalisée dans des micro-usines. Nous avons eu droit à des rires et moqueries. C’était bon signe. Nous tenions quelque chose.

Et au terme d’une après-midi de réflexion, nous sommes arrivés à un projet pilote win-win, concret, improbable de prime abord, en mettant d’accord des acteurs de premier plan qui ne s’étaient jamais imaginés collaborer. En un mois, trois autres projets ont émergé avec d’autres partenaires locaux.

Pour y parvenir, nous avons eu droit à deux douzaines de raisons de blocage. Mais voici la stratégie:

• Récupérer les pertes de rentabilité, à cause de la petite taille, par les synergies entre les différents flux, l’économie en transport et la valorisation financière des produits qui sortent de la micro-usine (carburant, calories, pellets, matières, mobilier,…)

• Exiger des exceptions juridiques afin de permettre d’innover;

• Inclure les partenaires publics dans les brainstormings et projets;

• Créer des économies parallèles (avec cryptomonnaies s’il le faut);

• Créer des emplois d’insertion et adaptés;

• Profiter d’incitants fiscaux et de subsides spécifiques;

• Motiver la population au cœur même des projets, en rendant palpable la valeur du tri et de la revalorisation;

• Exporter notre savoir faire dans territoires vierges pour déployer nos solutions locales;

• Créer de la valeur ajoutée locale et circulaire, un outil de formation et de sensibilisation;

• Le coût de l’énergie est proportionnel à la masse des installations — la petite taille sera plus économe et même motorisable par énergie solaire ou de cogénération avec le méthane produit sur place…

Oser mettre en question le “système”

Les systèmes existants sont trop statiques et anciens. Nous ne trions et recyclons pas plus qu’il y a 20 ans… Là, nous devenons dynamiques et tenons compte de l’évolution de la société et de ses besoins, tout en étant plus rapides et efficaces, plus souples.

Il existe déjà de nombreuses solutions locales dans le monde, mais il faut aller beaucoup plus loin, upériser le recyclage des déchets… Le “parc à conteneurs” peut évoluer encore, en lien avec les zones d’activités, avec la possibilité de recycler sur place. Mais surtout, les acteurs locaux ne se parlent pas assez. Rien que cela créerait une plus value et une réduction de coûts très importante.

Le tout mis bout à bout, ce “changement de paradigme” répond aux multiples enjeux de ce secteur. En bonus, la création d’emplois durables locaux et une relocalisation d’une industrie vraiment vertueuse et inspirante pour nos jeunes. La Belgique a un vrai rôle à jouer sur ce coup-là aussi.

* Le collectif du Club of Brussels est composé de Xavier de Ghellinck, Didier Lodewyckx, Michel de Kemmeter, Benoit Pitsaer, Axelis Nuyt, Pascal Léglise, Sven Wiltink, Etienne Offergeld, Thierry Pauwels, Pierre Chaudoir, Donald Marchandise, Guilain Sevriere, Briony Vanden Bussche, Hupin G., J-M Legrand et Jérôme Matthieu de Wynendaele. www.clubofbrussels.org

Pour une Écosystème Circulaire de la Connaissance

Introduction

Le système scolaire et de formation professionnelle ne répondra pas tout seul à la préparation aux grands enjeux actuels et à venir. Dès lors, nous prônons la mise en place d’une économie circulaire de la connaissance.
Cette économie est pensée à partir de la transmission, de la réutilisation et du partage de la connaissance en cycles. Elle maximise le transfert de savoirs et sa mise en oeuvre (savoir-faire) ainsi qu’elle minimise le gaspillage de passions et de talents (savoir-être).
L’idée d’appliquer le concept d’économie circulaire et son ensemble de méthodes et d’outils aux connaissances est neuve mais nous n’avons pas pour objectif de compléter une analyse théorique.
Nous voulons confronter ce modèle et ses outils à la réalité avec un projet-pilote.
Nous sautons dans la piscine, en vrai, et avec des acteurs de terrain qui sont déjà dans le bain.

Le contexte

Le besoin d’innovation, l’accroissement et la circulation de la connaissance sont une des clés pour adresser les grands enjeux écologiques, humains, économiques et sociétaux. Les comportement personnels, créativité et intelligence émotionnelle, et sociaux, communication et leadership, seront aussi nécessaires que les compétences techniques. Tous les acteurs économiques et sociaux cherchent des profils qui vont marquer la transition alors qu’ils sont eux-même très loin de montrer ces comportements.
Peu de solutions innovantes sont massivement mises en place pour la formation aux métiers et à la société de demain.

Le système éducatif en place n’a prouvé ni son efficacité, ni son efficience, ni sa rapidité d’adaptation face aux multiples enjeux hyper-complexes.
Le système scolaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles est peu compétitif au niveau international, inégalitaire et cher. Les études supérieures sont très accessibles mais avec un taux d’échec important, jusqu’à 75 %.

Le marché du travail belge est peu adapté à la digitalisation de l’économie et l’absence de mesure créera, selon Agoria, un manque à gagner de 95 milliards de PIB en 2030. Avec les éléments dont on dispose à ce jour, c’est déjà trop tard.
Le cadre de travail belge est générateur de stress et de burnout avec un coût énorme pour la société et un coût inestimable pour les individus et leurs familles.
A ce constat, nous pouvons ajouter l’expansion des écoles privées et la marchandisation des connaissances qui va jusqu’aux tentatives d’enregistrement des vertus de la nature et même du code génétique.

Il est évident que le système éducatif ne peut pas trouver des solutions à tous les problèmes et qu’il ne pourra pas le faire dans un bref délai. Il faut élargir le système à toutes les composantes de la société pour soutenir l’innovation socio-écologique. Il faut faire alliance avec le monde des entreprises et de l’industrie mais aussi avec la société civile tout en se servant des outils et de la culture des médias.
Les autorités nationales et supra-nationales s’accordent sur le besoin d’une société apprenante qui facilite les apprentissages individuels et collectifs, et développe ses capacités d’adaptation dans un monde où les changements toujours plus rapides peuvent susciter peurs et tentations de repli. L’UNESCO encourage le développement de villes apprenantes écologiques et saines, égalitaires et inclusives avec de premières initiatives. Mais ces propositions sont trop complexes et longues à mettre en place.

Il faut créer un écosystème de la connaissance, dynamique et durable, qui s’enrichit en continu.

Une économie circulaire de la connaissance

Nous avons analysé cet écosystème de la connaissance à la lumière du concept d’économie circulaire et surtout, nous proposons un guide d’actions et un projet-pilote.

Economie linéaire vs économie circulaire

Une économie circulaire est un système pensé à partir de l’entretien, du partage, de la réparation et du recyclage en boucle afin de minimiser l’utilisation des ressources, le gaspillage et la création de déchets. Chaque “déchet” devient la “nourriture” d’un autre processus. L’usage remplace la consommation. Cette démarche s’oppose à l’approche traditionnelle d’économie linéaire : extraction des ressources, production, utilisation, génération de déchet.

Aujourd’hui, la connaissance est largement considérée comme une ressource “jetable”. Le savoir acquis n’est pratiquement jamais envisagé comme transmissible et profitable
à d’autres.
Dans le paradigme actuel, les élèves et étudiants doivent “avaler” une matière théorique et prouver qu’ils l’ont mémorisée temporairement. L’application de ce savoir et plus encore sa transmission ne sont jamais à l’ordre du jour. Les travailleurs, eux, sont guidés uniquement vers des connaissances utiles au contexte du jour.
Lorsqu’un savoir est développé, il est “breveté, patenté, protégé”.
La création de savoir et sa transmission sont le fait de spécialistes : il y a une césure complète entre ceux-ci et les utilisateurs, consommateurs finaux d’un système linéaire.

  1. Création ou formalisation de savoirs découverts,
  2. Transfert par les spécialistes,
  3. Savoir faire, utilisation, dans l’activité économique et sociale,
  4. Génération de déchets car les passions et talents ne sont pas pris en compte, ce qui est utilisé n’est pas transmis et une grande partie de ce qui est appris n’est jamais utilisé, mis en oeuvre.

Les ressources du système sont l’humain avec ses passions et talents, ses aptitudes personnelles et son temps disponible d’une part et d’autre part, les savoirs formels et informels.
La connaissance est une ressource immatérielle qui s’enrichit de manière illimitée par partage.
A contrario, les capacités et le temps de l’humain sont limités. En plus, détaché de ses passions et talents, enfermé seul dans un savoir théorique, l’individu s’épuise. Simultanément le système se tarit car la création de richesse vient de la capacité de cet individu à appliquer des savoirs et des aptitudes de manière autonome et responsable dans l’activité économique et sociale.

Il faut créer un modèle de la connaissance qui circule, non seulement à partir des acteurs spécialisés vers les utilisateurs finaux mais aussi d’une personne à l’autre dans toute la société par transmission et mise en oeuvre.

Comment construire cet écosystème ?

Par essence un écosystème circulaire privilégie les échanges locaux; en particulier, la connaissance est enrichie par les échanges humains individuels.

  • Par éco-conception : chaque activité d’apprentissage doit contenir une activité de transmission, que ce soit un feedback à l’enseignant, une évaluation à destination du public, un résumé, une illustration ou une réflexion personnelle afin que le contenu de l’apprentissage puisse être enrichi, partagé et répliqué.
  • Par entretien et mise à jour des connaissances : pourquoi ne pas créer un service après vente des connaissances, un rappel régulier des points importants, des nouveautés du domaine, des intérêts connexes et même une certification incluant une date de validité.
  • Par réutilisation : il n’est pas nécessaire de chaque fois réinventer la roue. Créer un nouveau savoir nécessite la mobilisation de beaucoup de moyens. Nous pouvons utiliser les best practices déjà disponibles et médiatisées afin de nous concentrer sur le savoir-faire et le savoir-être qu’elles suscitent.
  • Par une valorisation où les formateurs et les apprenants reçoivent une monnaie de connaissance, les token qu’ils peuvent utiliser ou donner sans restrictions. C’est une économie d’abondance ou la multiplication des token encourage la multiplication des échanges de savoirs.
  • Par une économie de partage et non plus par la consommation individuelle : on apprend juste ce dont on a besoin / ce pour quoi on est le meilleur, et non pas un cursus complet. On participe à un réseau qui, lui, possède les savoirs et savoir-faire complémentaires.
  • Par expansion, sur l’écosystème circulaire local viendraient se greffer des clusters par compétences / intérêts sans composante géographique.

Durabilité des opérateurs, des individus et de l’environnement naturel

Un tel écosystème circulaire ne peut être durable que si tous les opérateur et système éducatif, économique, politique et culturel, le sont eux-mêmes, c’est-à-dire qu’ils ont les moyens de vivre et se développer sans nuire aux autres.
L’initiative doit apporter aux individus des compétences professionnelles valorisables sur le marché de l’emploi afin de leur permettre de participer activement à la société tout en leur assurant une vie économiquement digne.
Cela postule également que la santé et le bien-être des personnes et de la nature doivent être garantis, ceux-ci doivent même être considérés avant la durabilité des opérateurs.

Guide pratique d’actions

Pour mettre en place cette économie circulaire de la connaissance, certaines techniques éprouvées peuvent être mise en place.

  1. Mapping de l’écosystème de parties prenantes, avec leurs ressources et besoins.
  2. Création d’un écosystème avec des circuits courts qui met en relation les besoins économiques locaux avec l’envie d’apprendre et d’enseigner du bassin d’emploi. Cet écosystème favorise un choix pertinent des domaines d’apprentissage. Il permet aussi des recrutements plus rapides et moins coûteux de profils atypiques qui renforcent la motivation du personnel et la culture d’entreprise.
  3. Mise en relation car la base de l’économie circulaire des connaissances c’est la rencontre : la rencontre d’une offre et d’un besoin mais aussi la rencontre d’intérêts, la rencontre d’individus, la rencontre humaine en face à face.
  4. Mise en oeuvre des apprentissages par la pédagogie par projets. Le travail sur des projets réels est stimulant et efficace pour l’étudiant qui travaille en groupe multidisciplinaire, ce qui est l’une des compétences requises par les entreprises. Pour les entreprises porteuses de projets, il apporte en retour l’esprit d’innovation et l’entrepreneuriat.
  5. Utilisation d’un mix digital – présentiel – coaching alliant le meilleur des savoirs globaux avec la richesse de la relation personnelle, chaleureuse, génératrice de passion et de collaboration.
  6. Le succès non démenti du développement personnel montre l’importance de la cohérence, de la recherche de sens et de puissance personnelle, des passions et des talents. Nous avons aussi constaté que pour influencer le monde extérieur tangible, il faut être ouvert aux processus de transformation intérieure.
  7. Le besoin de transmettre et l’enthousiasme à apprendre de ses pairs font le succès des influenceurs en tout genre. Cette dynamique peut être utilisée pour la création et la diffusion de contenu à valeur ajoutée.
  8. Enfin, l’émergence des écoles en pleine nature (forest school) confirme l’importance de la nature pour le bien-être mais également le besoin de protéger l’environnement.

Un projet-pilote en Brabant Wallon

Une description du projet “Territoire Apprenant” est publiée sur www.extrapreneurs.org.

Les initiatives institutionnelles sont très longues et compliquées à mettre en place avec le risque que les résultats ne répondent pas aux besoins des utilisateurs.

Notre approche est différente et veut allier ambition et pragmatisme en termes de temps et de ressources.

Nous nous sommes inspirés des méthodes de gestion par itérations qui ont vu le jour en entreprise afin de récolter immédiatement les premiers fruits et de rester alignés
sur l’objectif.

  • Peu d’énergie pour la planification, beaucoup de place pour l’expérimentation.
  • Des projets proposés par des entreprises en lien étroit avec elles.
  • Les participants définissent et construisent eux-mêmes leurs savoirs, soutenus par des coachs.
  • Évaluation très rapide des résultats et de l’adoption par les utilisateurs.
  • Publication des livrables pour partager l’expérience dans un esprit open source.
  • Documentation des processus à des fins réflexives et d’amélioration continue.

Les leçons du projet-pilote pourront être utilisées, répliquées et intensifiées.

Conclusion

Au vu des grands enjeux écologiques et sociétaux, il est nécessaire de tester de nouveaux modèles qui réutilisent des blocs connus mais les assemblent dans un écosystème circulaire au service de l’individu, de l’économie et de l’environnement.

Michèle Pasture
www.linkedin.com/in/michele0pasture

Téléchargez l’article en pdf
Télécharger l’article en pdf (sans les références en notes de bas de page)

(English) Build tomorrow by awakening everyone’s true calling

Source : L’Echo
Translation : Club of Brussels

The Club of Brussels* starts its second season on a key theme that touches us all: to prepare for the jobs of tomorrow.

About thirty experts were united in Agoria’s offices to find alternatives in reconnecting the population to their vocations, in the desire to learn about the jobs anticipated by the society of tomorrow – while facing multiple stakes that are promising to be overwhelming.

The forecast is shocking: based on the existing evidence, we will be missing 600,000 people in Belgium from here to 2030 to keep our economy turning. Even if we manage to ‘update’ the skillsets of 4,6 million people, Belgium will lose 95 billion euros of GDP per year from now to 2030, which is increasing in the meantime. We will therefore lose 540 billion, while we need as much to finance pensions, security and the 25 other historical stakes that will converge by then.

The stakes are doubled by the fact that a great number of the youth lag behind in regards to the jobs in demand, and that numerous members of generation X and Y are weakened and unable to take up on technological jobs – while they have to truck on for another 15 to 20 years…

Proposed strategy for progress

Preparing for the future by informing the public on the various stakes at hand, and how to function in a way that is more ‘systemic’. Through media publications, as well as conferences and articles, hidden issues and opportunities can be explained simply. Having a message that is pragmatic but optimistic – opportunistic and reassuring, doubles as a call to action for resources and talents around concrete projects, because we will then be doing nothing alone. Information and training around new ways to behave that work (systemic, collaborative, multisolutions) with eye witness reports and examples.

Put ideas to the test without waiting, with pioneers and visionary companies. According to the model validated by Extrapreneurs, let us make bridges between companies, regions, citizens and the authorities, starting off well-constructed collaborative projects. A regional project based on this in Walloon Brabant has already begun.

Communicate what works. Communication is key. Across the overarching noise and depression, there will emerge exciting dynamics of which citizens, companies and authorities can take part in.

Empower people and organisations towards new human and technological skills. This has to be based on the links between concrete projects bringing an added value that is direct and visible. Making links between associations, schools, local communities and Actiris, the Forem ou VDAB is essential. Professional training must be based on the motivation of every individual to flourish, on tangible perspectives of work where they can live our their passions. Also, multiply the spaces given to training, to increase the possibilities of starting. Implicate senior citizens, companies, and experts, and include online learning technology. Überise learning by bringing everyone together.

Include learning modules on ‘reconnection’ where everyone can take the time to connect with themselves and what really passions them, that will give them the energy to develop their talents in line with who they really are, and as anticipated by the rest of the world. A prerequisite. With this the individual will remain in a state of fear and dependence. Let us make no illusions, they will remain the majority – but let us construct tomorrow will profiles that are both ‘connected’ and have inner coherence. Too many people stay in their comfort zone, and so are unmotivated and inefficient. Awaken the true passions of everyone, their talents and thus motivation, which is a key towards creativity, engagement and productivity. Everyone will become entrepreneur of their own lives. A major reboot.

Co-construct the solutions and businesses of tomorrow, through entrepreneurial coalitions. Move onwards then, with discernment, to technological, creative, financial ressources and corporate coalitions to start, refine and deploy new ‘multisolutions’. Everyone pursuing their own excellence.

Ally yourselves with other regions. Once on route, be an example to other countries and regions. Let us export this new dynamic of progress. Belgium is very much expected to bring forth a new economic philosophy, which brings together humanity, sustainability and an increase in common progress. A philosophy that everyone can agree with… And therefore our current region will become attractive and many will come over to contribute to its development.

*Collective www.clubofbrussels.org: Diallo A., Legrelle A., Foucart A., de Bellefroid B., Legrand J.M., Pitsaer B., Vanden Bussche B., Bainzsyk C., Marchal C., Lodewyckx D., de Duve D., Lejeune X., Blake F., Convent F., Tablot G. Thil J.P., Fransen J. Massoels J. Verhulst J., Dufrane L., Dominicy M., de Kemmeter M., Pasture M., Soupart N., Dambly, P. Chaudoir P., Goossens R., Heymans S., Dehut I.

Éveiller des vocations pour construire demain

Publié dans l’Echo le 18 Octobre 2019
Read the English version

Le Club of Brussels* démarre sa saison 2 sur un sujet clé pour tous: préparer aux métiers de demain.

Par le Club of Brussels, un groupe de réflexion sur la transition économique

Une trentaine d’experts se sont réunis dans les bureaux d’Agoria pour trouver des alternatives pour reconnecter la population à ses vocations, à l’envie d’apprendre des métiers attendus par la société de demain – face aux enjeux multiples qui se promettent décoiffants.

L’état des lieux nous met en échec et mat: avec les éléments dont nous disposons, il nous manquera 600.000 personnes en Belgique d’ici 2030 pour faire tourner notre économie. Même si nous arrivons à “mettre à jour” les compétences de 4,6 millions de personnes, la Belgique perdra 95 milliards d’euros de PIB par an d’ici 2030, et de façon croissante d’ici là. Nous perdrons donc environ 540 milliards, alors qu’il nous en faudra autant pour financer pensions, sécu et 25 autres enjeux historiques qui vont venir converger d’ici là.

Ces enjeux sont doublés du fait que de nombreux jeunes sont en décalage par rapport aux jobs proposés, et que nombreux génération X et Y sont exsangues et incapables de rebondir sur les métiers technologiques – alors qu’ils devront encore “tirer” 15 à 20 ans…

Stratégie progressive proposée

Se préparer à l’avenir en informant le grand public sur les divers enjeux qui se profilent, et apprendre comment fonctionner de façon plus “systémique”. Par publications média, ainsi que conférences et articles, expliquer simplement les enjeux et opportunités cachées dessous. Avoir un message pragmatique mais optimiste – opportuniste et rassurant, doublé d’un appel à la mobilisation de ressources et talents autour de projets concrets, car on ne fera plus rien seul. Information et formations autour des nouvelles façons de fonctionner qui marchent (systémiques, collaboratives, multisolutions) avec témoignages et exemples.

Tester les idées sur le terrain sans attendre, avec les pionniers ainsi que les entreprises visionnaires. Selon le modèle validé d’extrapreneurs, jetant des ponts entre les entreprises, les territoires, les citoyens et les pouvoirs publics, démarrer des projets collaboratifs bien construits et maillés. Un projet territorial pilote démarre dans le Brabant wallon dans ce sens.

Communiquer sur ce qui marche. La communication est la clé. À travers le bruit et la dépression ambiante, sortir du lot avec des dynamiques excitantes dans lesquelles citoyens, entreprises et pouvoirs publics peuvent participer.

“La formation professionnelle doit être basée sur la motivation de chacun de s’épanouir.”

Club of Brussels

Mise en puissance des personnes et organisations sur de nouvelles compétences humaines et technologiques. Cela devrait être basé sur des liens avec des projets concrets apportant une plus-value directe, visible. Faire des liens entre des associations, des écoles, des communautés locales et Actiris, le Forem ou VDAB est essentiel. La formation professionnelle doit être basée sur la motivation de chacun de s’épanouir, sur des perspectives tangibles de jobs où ils pourront vivre leurs passions. Aussi, démultiplions les espaces de formation, pour décupler les possibilités de s’initier. Impliquer séniors, entreprises, experts, en incluant les technologies d’apprentissage en ligne. Überisons la formation en se mobilisant tous.

Inclure des modules de “reconnexion” où chacun pourra prendre le temps de se connecter avec ce qui le passionne vraiment, ce qui procurera l’énergie de développement de talents cohérents avec qui ils sont et avec ce qui a réellement du sens, et est attendu par le monde. Un prérequis. Sans cela, l’individu restera dans une posture de peur et de dépendance. Ne nous faisons pas trop d’illusions, cela restera la majorité – mais construire demain ne se fera qu’avec des profils “connectés” et cohérents. Trop de gens sont “à côté de leur axe”, et sont donc démotivés et inefficaces. Réveiller les vraies passions de chacun, ses talents et donc sa motivation, est une clé vers la créativité, l’engagement et la productivité. Chacun deviendra entrepreneur de sa propre vie. Un méga reboot.

Co-construire les solutions et business de demain, en coalitions entrepreneuriales. Allions ensuite, avec discernement, des ressources technologiques, créatives, financières, coalitions d’entreprises, pour démarrer, affiner, et déployer de nouvelles “multisolutions”. Chacun dans son excellence.

S’allier avec d’autres territoires. Une fois en route, servons d’exemple à d’autres pays et territoires. Exportons cette nouvelle dynamique de progrès. La Belgique est totalement attendue sur une nouvelle philosophie de l’économie, alliant humain, durabilité, croissance de progrès commun. Une philosophie qui mettrait tout le monde d’accord… Du coup, notre territoire deviendra attirant et de nombreuses personnes viendront contribuer à son développement.

*Collectif www.clubofbrussels.org: Diallo A., Legrelle A., Foucart A., de Bellefroid B., Legrand J.M., Pitsaer B., Vanden Bussche B., Bainzsyk C., Marchal C., Lodewyckx D., de Duve D., Lejeune X., Blake F., Convent F., Tablot G. Thil J.P., Fransen J. Massoels J. Verhulst J., Dufrane L., Dominicy M., de Kemmeter M., Pasture M., Soupart N., Dambly, P. Chaudoir P., Goossens R., Heymans S., Dehut I.

(English) ADM – Time to rethink our economy

Source : ADM Financial Casting

Fasten your seatbelt: the itinerary Michel de Kemmeter is drawing for the economy for the next ten years, is anything but a quiet walk on a Sunday afternoon.

De Kemmeter is associate professor in Economics (VUB Vesalius College), Founder and CEO of Wise Holding which catalyses economic transition for people, companies and governments, bringing methodologies and education on ‘what works’, to create tomorrow’s jobs and businesses with global tribes. This expert in economic transition is also Founding Member of the think tank Club of Brussels. Together with other experts in the economic field, he identified 26 challenges (see https://clubofbrussels.org) that our country will have to solve within the coming decade. Interviewed by TIP-IM on his perception of the future of Interim Managers, Michel lists some evolutions which have a direct impact on this growing sector, as well as the key assets of the Interim Managers the companies which will be hiring them will benefit the most from.

Self-empowerment 

According to Michel, there is no doubt the future will be more a question of project based work, with allocated and result-driven teams. These teams will increasingly be led by independent project leaders. These managers ad interim will face the additional challenge of creating a cohesion with the team they will be handling, knowing they will only be leading them for a limited period. 

The good news is this evolution will benefit to a greater extent of higher profiles whom currently feel the need to find an answer to questions like “who am I” and “what is my added value”; answers they can no longer get in traditional employer-employee relations.  They will also play a fundamental role in giving their team members a new sense in the work they do through specific projects.  

“As Interim managers, to carry out a project successfully, they will need to be fully dedicated. To pulse the project, to feel it. Achieving this successfully, will give them a strong feeling of self-empowerment. And self-empowerment will become increasingly important in the future of our economy.”  

License to speak up

In most situations, as Michel believes, the challenge for Interim Managers will be immense. In front of them, the Board of Directors will probably be awaiting a tangible and rapid return on investment. However, whereas their mission will be on the short term, their vision will have to extend to a longer term. “The first challenge will be for the temporarily involved managers to get a real license to speak up. To clearly state what’s not working and needs to change”. For people, organisation and strategy”.

Coaching the Board

In a fast moving, digitalised economy, many board directors and company owners risk to get lost. In front of them, the hired “special forces” will need to adopt a frank but constructive, coaching attitude. “They will have to reinsure and awake all at the same time.” 

For Michel, the next decade will provoke a lot of shocks amongst boards and employees. “There will be no place for any form of vanity anymore.” Senior people within companies who have been working in the same place for 15, 20 years lack both hard and soft skills. A substantial part of this layer of the working population will have to build a second career as independent consultants or managers. Time has come to act humble, go for a profound introspection and get new training where needed. 

New management models

Yes, new management models will arise, strengthened by a collective form of intelligence. 

What alarms de Kemmeter, are the very few initiatives taken in our universities and high schools so far to prepare the next generation for the big change. “The economic transition around the world will be very systemic, new societal models will arise in order to achieve economic, environmental and human sustainability. We urgently need to bring change-makers, experts, entrepreneurs and young leaders together to cooperate and exchange strategies, giving them the skills to bring the Systemic Economy to companies, universities, organizations and society as a whole”. The next generation entrepreneurs and product-services still have to emerge…”. We are in front of the biggest shifts in history – but very badly prepared.

Intergenerational cooperation 

A key factor will be the aptitude to bring different generations closer. “People with decades of work experience can play a key role in helping younger workers to contextualise each situation, whereas the young digital natives, interconnected by design, will play a very useful part in helping the “older” generation entering the digitalized world”. 

10 assets of the Interim Manager of the future

To conclude, Michel draws the portrait of the successful Interim Manager of the future, high profiles who will really make the difference for organizations which will hire them, through their ability to: 

  • create an inclusive work environment with a personal sense of leadership, discernment and persuasion force, as well as communication skills. 
  • involve internal and external stakeholders to the organization
  • create business models which offer economic and human resilience
  • rapidly map risks and opportunities within an organization’s system 
  • motivate talents within the organization through challenging projects
  • make diversity work effectively
  • create a stronger coherence between talents and projects
  • deliver smart work through their technological skills
  • create working spaces focusing on the people and their projects, in a collaborative way
  • serve common progress while tackling the issues 

If you want to follow us and initiate to the next decade and its keys, please connect on www.extrapreneurs.org and www.clubofbrussels.org.

Les entreprises pleurent pour des profils “technologiques”

Publié dans l’Echo le 28 septembre 2019

Des gens sans emploi, et des emplois sans personne. Tandis que, sur fond de digitalisation, des entreprises pleurent pour des profils “STEM”, versés en sciences, technologie, ingénierie ou mathématiques. Le marché du travail est grippé en Belgique. Témoignages, et pistes de solution.

Quand autant d’acteurs entonnent la même mélodie, cela devient un chœur. Qu’il est difficile de ne pas entendre. “On recruterait davantage si l’on avait plus de talents à notre disposition“, témoignait ce patron de start-up dans notre série consacrée à la biotech, publiée fin de l’année dernière. Trouver des travailleurs qualifiés, voilà qui dans l’ordre de mes priorités, vient avant la recherche de nouveaux clients, pointait le week-end dernier, dans L’Echo, le patron de la société technologique Technord. Rejoint, dans le même journal, par des chefs étoilés confrontés au manque de mains en cuisine.

Vous en voulez encore? On a du stock. “Nous avons deux postes à pourvoir pour des rayons importants, se désole Marc Filipson, à la tête de la librairie bruxelloise Filigranes. Nous recevons plein de candidatures enthousiastes.” Mais nulle trace d’un libraire présentant l’expérience requise. La Défense vient de s’y mettre, elle qui cherche à remplir 2.035 postes, en mettant l’accent sur des profils techniques et féminins. Quant au secteur de la construction, il avance le chiffre de 13.000 jobs en souffrance.

Les enquêtes auprès des entreprises le montrent, insiste l’économiste Philippe Ledent (ING). L’indicateur ‘manque de main-d’œuvre’ grimpe dans les contraintes à la production. N’y voyons pas les élucubrations de l’un ou l’autre entrepreneur, il s’agit d’une réalité. Le marché belge de l’emploi souffre d’une inadéquation entre l’offre et la demande.D’un côté, 139.000 emplois vacants (pour le deuxième trimestre 2019, chiffre Statbel). Et de l’autre, 500.313 demandeurs d’emploi inoccupés (en août 2019, selon la BNB). Sans que les seconds ne puissent combler les premiers. Ce qui n’est pas indolore pour la société. “D’un point de vue macroéconomique, cela coûte de l’activité et de la croissance, dont 50% reviennent à l’État et peuvent être redistribués.

Un phénomène qui touche tous types de profils; consulter la liste des métiers en pénurie suffit à s’en convaincre, elle qui va de développeur informatique à coiffeur, en passant par maçon, comptable, analyste financier, soudeur ou menuisier.

“Il existe plus de 80 initiatives pour soutenir les STEM. Une stratégie coordonnée serait plus efficace.” Dominique Demonté
Directeur Agoria Wallonie

Prenez Proximus, où l’on a en permanence entre cinq et dix postes de “jointeurs cuivre” ouverts. “Un métier lourd, qui n’attire plus les jeunes, commente Anne-Françoise Adams, à la tête du ‘job center’ de l’opérateur télécom. Et que l’on n’apprend pas entièrement à l’école.” Aussi tout nouvel engagé part-il pour un an de formation. Afin de toucher des jeunes, Proximus met sur pied un programme de formation en alternance, en collaboration avec Actiris, le Forem et le VDAB.

“Le plus gros défi, la construction”

Tous types de profils, donc, même si le nerf de cette “guerre des talents” se situe du côté des filières STEM – à savoir sciences, technologies, ingénierie et mathématiques. Ingénieur ou développeur informatique? Les entreprises pleurent après vous. En cause notamment, le processus de digitalisation qui est en marche. Et va révolutionner notre marché du travail, est-on convaincus chez Agoria, la fédération de l’industrie technologique. Où l’on insiste: la digitalisation constitue une aubaine pour l’emploi, devant créer 3,7 nouveaux postes pour chaque emploi disparu. À condition de trouver les bras et les cerveaux nécessaires. Parce que si rien n’est fait pour répondre au défi digital, quelque 584.000 postes devraient rester vacants en 2030 – soit “95 milliards de prospérité” dans la balance.

Une nuance, à ce stade. L’avenir sera-t-il aussi technologique que le voit Agoria? Ce n’est pas certain, tempère Michel de Kemmeter, fondateur du programme Extrapreneurs et membre du think tank Club of Brussels, dédié à la transition économique et chargé par Agoria de réfléchir à la problématique des “métiers de demain”. “Il y a aussi une part de fantasme collectif. Qui va concevoir, sécuriser et entretenir cette technologie? Tous ces objets connectés constitueront un bac à sable pour les hackers. Je connais déjà des gens qui pleurent pour des ‘data scientists’ et doutent que l’on dispose des moyens humains nécessaires. Et au-delà, se profile un aspect plus philosophique. Veut-on d’un monde à ce point digital? Avec une population vieillissante, et de plus en plus de jeunes qui se ‘dédigitalisent’? Pour moi, le plus gros défi se situe du côté de la construction. Avec 95% du bâti qui a besoin, à tout le moins, d’un rafraîchissement.

Mais au final, quelle que soit l’ampleur de la vague digitale, le défi est déjà posé. La guerre des talents fait rage. “La demande d’assistance à la transformation digitale est en hausse, souligne Piet Vandendriessche, CEO de Deloitte Belgique. Ce business affiche une croissance de plus de 20%.” La chasse aux profils est ouverte. “En quelques années, la proportion de profils STEM que nous engageons est passée d’un dixième à un cinquième, voire un quart. Pour l’heure, nous trouvons les profils recherchés, mais avec beaucoup d’efforts! Ce qui nous préoccupe, par contre, c’est la question de la mixité. Il existe trop peu de femmes qui se lancent dans ces filières.

La concurrence entre entreprises est forte, souligne Joël Poilvache, directeur pour la Wallonie et le Luxembourg du bureau de recrutement Robert Half. “Celles-ci doivent cultiver leur image de marque et soigner leur attractivité en tant qu’employeur.

Pas toujours évident. “Les profils IT sont désirés sur le marché, pose Sandra Wilikens, à la tête des ressources humaines chez BNP Paribas Fortis. Nos plus gros concurrents sont les start-ups et les fintechs, considérées au premier abord comme plus sexy.” Attirer rime alors avec innover. “Cette année, nous venons de lancer un challenge ludique“, les quarante meilleurs candidats décrochant une place dans une finale qui se tiendra en présence des grands patrons. Hormis les pics liés aux gros projets, la banque assure réussir à trouver les ressources nécessaires sur le marché. Et pour les pics, eh bien, il y a le recours aux forces vives externes. Parmi les principaux contractants de BNP Paribas Fortis, on trouve TCS, pour Tata Consulting Services, le géant indien de l’informatique.

Chez Proximus aussi, l’IT nécessite une bonne dose d’attention. Certaines fonctions concentrent pas mal de personnel externe. “Nous travaillons aussi de près avec des écoles de codage, comme l’École 19, BeCode ou MolenGeek, glisse Anne-Françoise Adams. C’est une nouvelle stratégie, nous essayons d’aller à la source. Ces personnes passent quelques mois en stage et nous tentons de les conserver une fois qu’elles décrochent leur diplôme.” Cela passe aussi par de la formation en interne – un cycle lié à la cybersécurité vient de se boucler. Là où Proximus souffre davantage, c’est pour dénicher des profils versés en marketing digital. “Il y a très peu de personnes sur le marché et la demande est forte. Nous avons mis des mois à ‘staffer’ .

Pas de doute. Pour Fabien Pinckaers, “le nerf de la guerre, c’est le recrutement“. L’homme sait de quoi il parle: il est à la tête d’Odoo, la société informatique wallonne qui fournit une suite d’applications intégrées pour les PME. “Il y a quelques mois, on parlait d’engager 180 développeurs cette année en Belgique. On a revu notre ambition à la baisse, à 120. Et on risque de n’arriver qu’à 100.” Ce qui bloque? Le manque de troupes, pardi!L’UCLouvain ne forme que 80 développeurs par an. Le problème est vite résumé.

“On aurait préféré des Belges”

Alors il faut composer. Odoo se “vend”. “Nous venons de développer 2.000 casse-tête en bois, à envoyer à des développeurs. Dedans, un message avec un challenge intellectuel.” Sensibilise. “Nous avons développé un business game, centré sur les scale-ups.” Sponsorise: pas mal de gobelets réutilisables utilisés dans les cercles étudiants affichent le logo Odoo. Débauche. “On va chercher des gens dans d’autres entreprises. C’est un peu triste, puisque cela n’améliore en rien l’économie belge.” Et passe par l’international, seule la moitié des quelque 700 employés étant basés en Belgique. “On teste le Portugal et le Maroc, où l’on cherche des gens à faire venir en Belgique. Et nous avons une filiale en Inde. On aurait préféré des Belges, mais bon…

Composer, et faire avec les conséquences. Parce qu’un besoin inassouvi de travailleurs se répercute généralement sur le chiffre d’affaires. “Il en existe, des entreprises, qui renoncent à des commandes, faute de capital humain“, regrette Dominique Demonté, directeur général d’Agoria Wallonie.

La concurrence est féroce, admet Isabelle Dehut, en charge des ressources humaines chez Sapristic-Biion, entreprise néolouvaniste active dans la transformation digitale et l’informatique industrielle d’automation dans le secteur de la santé. Des profils en automation, il en sort peu; or la demande est écrasante. Il ne suffit pas de trouver des profils, encore faut-il savoir les retenir, puisqu’on se les arrache. Si l’on est servis pour l’instant, de novembre à août, la lutte pour le recrutement a été acharnée. Et il est vrai que des plannings ont déjà été ralentis, par manque de personnel. Il a fallu, parfois, sous-traiter des parties de chantier. Cette pénurie nous rend moins agiles.

Dans une étude publiée fin 2018, Agoria chiffre à 95 milliards d’euros la “prospérité dans la balance” si la Belgique rate le virage de la digitalisation.

Cela étant, le poids de ces processus qui se digitalisent et de ce monde qui évolue ne se répercute pas sur les seules entreprises. Une société qui bouge, c’est aussi, voire avant tout, des travailleurs qui bougent. De gré, ou poussés dans le dos. Chez BNP Paribas Fortis, cela se traduit dans un bilan personnel: quelles sont les compétences nécessaires pour “coller” à la stratégie, et, parmi elles, lesquelles sont à acquérir? “Près de 9.000 employés sont déjà passés au travers de ce processus“, renseigne Sandra Wilikens. Ce qui ne se fait pas sans casse. “Certaines fonctions disparaissent. Mais nous avons formulé une promesse: ‘job to job’. Une fonction perdue ici doit mener à une autre, que ce soit au sein de la banque, ou en dehors. Nous avons par exemple deux personnes qui suivent une formation de trois ans en infirmerie.

Or les “trajets de formation” ne peuvent accomplir de miracles. De détenteur d’un poste menacé, on peut basculer dans une cellule “reconversion”, comme chez Proximus. “Oui, nous avons des dizaines de personnes, pour lesquelles on ne trouve pas des jobs internes, mêmes pas avec une formation ciblée, confie Anne-Françoise Adams, parce que certaines fonctions arrêtent d’exister, ou ne sont pas accessibles vu leurs exigences physiques. Parfois, même avec des formations, on ne parvient pas à amener tout le monde à bouger. Alors, pour ces personnes, on trouve des missions temporaires en interne mais cette voie n’est pas illimitée non plus.

Où sont les “Stem”?

Évidemment, lorsqu’il s’agit de relier compétences acquises et attentes du marché, les regards se tournent vers l’enseignement. À raison. Même s’il est permis de se demander si les entreprises ne pourraient-elles pas, elles aussi, participer davantage à l’effort de guerre, glisse Philippe Ledent. “J’entends parfois des entreprises dire qu’elles cherchent quelqu’un qui en veut et doté d’un savoir-être convenable, raconte Arnaud le Grelle, directeur pour la Wallonie et Bruxelles de Federgon, la fédération des prestataires de services en ressources humaines. Peu importe les qualifications. Très bien. Sauf que les formations en entreprises ne courent pas les rues. Et on n’observe pas non plus de recrutement massif de gens non qualifiés mais volontaires.

L’enseignement, disions-nous. Où certains indicateurs sont au vert. Les filières scientifiques enregistrent des inscriptions en hausse, se réjouit-on à l’UCLouvain en cette rentrée 2019. “En cinq ans, le nombre de primo-inscrits dans les filières Stem (science, technologie, ingénierie et mathématiques, NDLR) a crû de près de 30%“, indique Michel Verleysen, doyen de l’École polytechnique. 517 en 2014 à l’UCLouvain, contre 656 en 2018. Soit une progression de 26,9%.

Qu’il convient toutefois de relativiser, à l’aune de plusieurs facteurs. “Parce que le nombre global d’étudiants est en hausse, de 20% sur dix ans. Parce que la proportion de femmes dans ces filières reste faible, entre 15 et 20%. On a beau faire des efforts, c’est regrettable. Enfin et surtout, le nombre d’étudiants y reste nettement insuffisant. Il faudrait presque le doubler.” Surtout que si les inscriptions grimpent, le nombre de diplômés a tendance, lui, à stagner: 323, toujours à l’UCLouvain, pour la cuvée 2014-2015, et 336 pour celle de 2017-2018.

Du codage, dès six ans!

Nettement plus d’étudiants? Ce n’est pas Agoria qui s’y opposera. “En Communauté française et en 2016, 16% des diplômés l’étaient dans une filière Stem, chiffre Dominique Demonté. Contre une moyenne de 25,6% dans l’Union européenne.” Agoria a fait ses comptes pour les ingénieurs. En vingt ans, le nombre de diplômés n’a fait que stagner: ils étaient 1.318 en 1998 et 1.279 en 2018. “Pour remplir les besoins actuels, il en faudrait 500 de plus par an!” Et, à l’horizon 2030, Agoria parle de presque 2.000.

Chez Federgon, on suggère par ailleurs de se pencher sur le fonctionnement des organismes publics en charge de la formation. “Ils font du très bon travail, avance Arnaud le Grelle. Mais manquent d’agilité. Dès qu’une formation avec cinq places est ouverte, ils se disent qu’ils répondent à la problématique. Alors que ce ne sont pas cinq places qu’il faudrait, mais cinq cents, si pas cinq mille. Trop rigides, ils ont du mal à s’adapter aux besoins. Pourquoi ne pas fermer un certain nombre de formations qui vivotent pour frapper un grand coup dans une filière porteuse? Eux, dans un esprit très service public, entendent aider tout le monde.” Et faire un petit peu de tout.C’est comme un commerçant qui mettrait tous ses jouets en vitrine, un de chaque. Tandis que son concurrent, qui aurait compris quel est LE jeu du moment, axerait toute sa vitrine sur ce produit phare.

On terminera sur une piste dessinée par Fabien Pinckaers. Qui ne s’étonne guère que la filière informatique soit peu ou prou boudée dans l’enseignement supérieur. “L’informatique est absente des primaires et des secondaires. Qui va, dans le supérieur, se lancer dans quelque chose qu’il ne connaît pas?” Pour le patron d’Odoo, la solution passerait par un apprentissage du codage dès le plus jeune âge. Du codage en primaire? “Dans le top dix des entreprises mondiales, vous en trouvez six qui ont été fondées par des développeurs. C’est le nouveau MBA, en plus efficace! Et puis, il faut cesser de voir le codage comme un métier, alors qu’il s’agit d’une compétence. Basée sur le raisonnement, la logique et stimulant la créativité. Ce n’est pas compliqué, les outils sont là, ludiques et accessibles pour les enfants. Voilà qui permettrait à la Belgique d’effectuer un bond de compétitivité et résoudrait à long terme un des soucis du marché de l’emploi.

Pourquoi cela ne “colle” pas?

Des personnes sans emploi. Et des emplois sans personne. Derrière cet apparent paradoxe du marché du travail se cache une double question.

La première est assez basique: si les demandeurs d’emploi ne peuvent répondre à cette offre de travail, c’est essentiellement faute de qualification. “C’est la base, assure Philippe Ledent. Notamment parce que la moitié d’entre eux ne disposent pas d’un diplôme du secondaire supérieur. La qualification constitue un énorme défi.

Il existe cependant un autre versant. Pourquoi le marché n’arrive-t-il pas à “absorber” cette main-d’œuvre non qualifiée? “Comme c’est davantage le cas aux États-Unis? Parce que nous sommes plutôt un pays à coût salarial élevé. Si la Belgique figure dans le peloton de tête des pays où la compétitivité est forte, ce n’est pas parce que le Belge est plus intelligent, mais parce que le travail à faible valeur ajoutée a été éliminé. Les métiers peu productifs ont été nettement plus robotisés ici qu’aux USA.

Que faire? “Travailler sur la qualification, estime l’économiste. Et rajouter une couche de flexibilité au système actuel. Sans tomber dans une flexibilité à tous crins qui n’est pas la voie à suivre, compte tenu des contraintes de la Belgique où la redistribution est forte. Il faudrait déjà cesser de fermer les yeux ou de réagir dans l’urgence, comme cela a été le cas avec ce système des 500 euros défiscalisés. Peut-être faudrait-il envisager un nouveau type de contrat flexible, pouvant se passer de la lourdeur administrative d’un statut social, mais respectant l’ensemble des règles, cotisations sociales en tête, compatible avec le statut de demandeur d’emploi et doté de plafonds, afin de ne pas cannibaliser les emplois salariés.

C’est ce qui s’appelle un ballon d’essai. 

Le Brabant Wallon, territoire apprenant?

“Aller dans l’action”: c’est le sens de cette initiative issue du Club of Brussels et du programme “Extrapreneurs” cornaqué par Michel de Kemmeter. Soutenue par la province du Brabant wallon et ses intercommunales, l’idée est de rassembler les forces vives du “BW” autour des “métiers de demain”. “Nous misons sur un modèle partagé, décentralisé de la formation professionnelle, explique Michel de Kemmeter. Des coachs, des tribus apprenantes et des entreprises, assistés par une plateforme en ligne. Quelque part, ce sera une forme d’Airbnb de la formation professionnelle.”

Le tout en tenant compte des caractéristiques du “BW”. “Tant ses forces, comme le nombre de travailleurs qualifiés, le taux d’emploi élevé, ses universités, ses terres fertiles ou encore sa vaste offre culturelle, que ses faiblesses, parmi lesquelles le transport et la mobilité”, détaille Michèle Pasture, qui pilotera le projet.

Projet dont les objectifs sont ambitieux: 25.000 personnes et 250.000 heures de cours par an. “Nous voulons générer une dynamique touchant des actifs dont le job va disparaître, des personnes ayant perdu leur emploi ou en burn-out, ou encore des jeunes en quête de sens. Et de voir s’il est possible de reproduire l’expérience, en l’adaptant aux spécificités d’autres territoires.”

À suivre sur extrapreneurs.org

Benoit Mathieu
Source: L’Echo

Cathobel – Collaborer pour la transition

Publié dans Cathobel le 2 juin 2019
Télécharger l’article complet (.pdf)

Responsabiliser et impliquer entreprises et individus ainsi que créer des partenariats, c’est le leitmotiv de Michel de Kemmeter, ingénieur-économiste et fondateur de Wise Holding. Il s’agit d’un groupe d’experts et d’entrepreneurs qui accompagne les particuliers et les entreprises dans la transition économique, responsable et sociale.

Michel de Kemmeter est en train de changer la manière de trouver des solutions aux enjeux que rencontrent les entreprises. Son modèle de l’économie s’appuie principalement sur le collaboratif. “Cela fait vingt ans que je fais des recherches sur la transition économique. Ici on s’est rendu compte que les entreprises elles-mêmes ne seraient pas capables de passer le cap des dix prochaines années. Il fallait venir avec une philosophie complètement nouvelle de l’économie”, explique-t-il.

Par ailleurs, il faut aborder un problème dans son ensemble – c’est-à-dire de façon systémique – au lieu de n’avoir qu’un seul angle de vue. “Si on ne prend qu’une partie du problème – rien que les déchets ou la gouvernance ou le style managérial, on ne trouve qu’une partie de la solution.”

Valeur(s) ajoutée(s)

Pour développer des solutions durables et à haute valeur ajoutée, l’équipe de Wise Holding a créé le projet “Extrapreneurs”, fi n 2017. Il rassemble des personnes créatives et innovantes – récemment diplômées ou en reconversion forcée ou volontaire – et des entreprises qui ont besoin de résoudre des problèmes. Contrairement à l’entrepreneur, qui assume le risque et manque souvent de ressources, l’extrapreneur crée un projet avec les ressources d’une grande entreprise mais sans compromettre sa vision.

Les entreprises sont donc stimulées à innover, elles apportent les moyens financiers (30.000€) et délèguent du personnel dans l’excubateur (c’est-à-dire un incubateur de solutions situé hors des murs de l’entreprise). “C’est tout un travail d’expliquer concrètement la valeur ajoutée que cela peut signifier pour les entreprises de collaborer entre industries, d’oser innover de façon différente, au service du progrès et du portefeuille. Comme ils sont tous repliés sur eux-mêmes, ils passent à côté d’opportunités fabuleuses.

Réflexion globale, action locale et durable

Dix-sept solutions ont déjà été trouvées et sont mises en place. Par exemple, “un des gros problèmes du recyclage c’est le transport et l’incinération. En créant des petites unités de recyclage décentralisé – au pied des hôpitaux, des immeubles, à côté des shoppings – nous pouvons traiter localement les déchets organiques, broyer les plastiques… Cela permet d’avoir de la matière première sur place et de créer des emplois locaux. Le recyclage des déchets alimentaires fournit du compost et des calories sur place dans des serres où on fera pousser des légumes. On crée ainsi des mini écosystèmes locaux. Personne n’y croyait mais cela répond à plein d’enjeux du recyclage.”

Une solution aux questions d’habitat va aussi voir le jour: “Neuf petites maisons écologiques et zéro énergie pour moins de 750€/mois, toutes factures comprises.

Ne pas créer de déchets

Le meilleur déchet est celui qui n’existe pas! Michel de Kemmeter annonce d’ailleurs la création d’un projet d’économie circulaire: “La réflexion est déjà en cours, on vient de discuter avec un des plus gros pollueurs de Belgique. Avant, ils n’osaient pas parler de leur problème de gestion des déchets à leurs clients et fournisseurs. Maintenant qu’ils commencent à en discuter, tout le monde vient aussi avec ses problèmes et ils se rendent compte que nous avons des solutions pour leurs clients. On va donc vers plus de collaboration, d’efficacité de ressources, moins de déchets…

Le projet “Extrapreneurs” s’appuie donc sur la puissance créative de tout un chacun et sur l’effi cacité systémique (autrement dit la recherche demulti-solutions). Son concepteur assure que ces projets sont rentables et créateurs d’emplois tout en répondant à un – mais souvent plusieurs – des 25 enjeux sociétaux.

Quels enjeux?

25 enjeux (démographie vieillissante, infrastructures vieillissantes, bâtiments vieillissants et énergivores…) pour lesquels Michel de Kemmeter et son équipe ont fixé des dates butoirs pour y répondre. Par exemple, en
2025, la Wallonie perdra une bonne partie des subventions de la Flandre et devra donc payer seule les pensions, le chômage… L’équipe est actuellement occupée à chiffrer et calculer les coûts de tous ces enjeux. Mais cela ne l’em-
pêche pas d’avancer en rassemblant les forces et les énergies.

Pour trouver des solutions durables, il faut sortir du cadre, prendre de l’alti-
tude. A l’instar du Suisse Bertrand Piccard – celui qui a créé l’avion solaire Solar Impulse –, les extrapreneurs ont adopté la devise: “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Nancy Goethals
Journaliste multimédia

(English) Multisolutions for a sustainable system

Source : L’Echo
Translation : Club of Brussels

There remains only a decade to reduce our greenhouse gas emissions by 50% and avoid the word effects of global warming. However Belgium has opposed voting for the climate law which demands it takes up its international obligations. Thus it can be said that political quarrels and the economic interests of certain lobby groups violate our fundamental right to a functioning planet and those of generations to come.

A change of direction

Global warming is not the only environmental issue caused by human activity. There is also the destruction of biodiversity, dwindling ressources and environnemental pollution. These environmental emergencies demand demand a profound paradigme change, from the mode of production to consumption. The way of ‘running the household’, the economy, has to be questioned.

The environmental problems can be added to a list of societal issues that are as crucial. The job market has become more precarious and inequality is on the rise. The historical breadth of accumulated debt has made the financial system very vulnerable. The aging population, the changing nature of work, the renovation and construction of sustainable infrastructure bring forth large costs. The list is long.

These historical challenges cannot be resolved in a liner manner (one problem = one solution). We will have neither the time nor the money to do this. In contrast, we propose multiple solutions, systemic, that respond simultaneously to multiple issues, finally creating an ecosystem of solutions accelerating the learning curve and positive impact.

Instead of prohibiting, disincentivize

Based on the slowness and the hypocrisy of the politicians who are responsible, we imagined the measures that would need to be implemented. Based on our research and the expertises of our various profiles, we have built through collective intelligence several systemic solutions.

We suggest, for example, the introduction of a ‘green GDP’ as a new indicator of a country’s health and to lead politics in consequence: taxing ship fuel, plane fuel and other harmful components as well as production and importation relative of their carbon footprint. By building up on this powerful basis that is the voluntary modification of relative prices in order to internalise indirect effects – disincentivizing instead of prohibiting – allows renewable energies to prosper. For example, disincentivizing company cars will make a ‘mobility package’ more attractive.

In regards to agriculture, what appears to be the most important is to diminish subsidies of the PAC dedicated to chemical industrial agriculture and to support projects that favour local biodiversity, agro-ecology and the rehabilitation of degraded land. One of our experts developed in regards to this a model of local production of vegetable proteins. Experimented already in a distillery, re-planting as part of a crop rotation system demonstrates a return that is twice as effective as intensive agriculture. These methods create a useful and sensible labor. Produce very rich in protein could also directly feed the cattle and aquaculture industry.

Moving upstream

The reimbursement of preventive medicine by social security is equally a multiple solution. The free sessions and coaching aimed at individuals and groups on risk prevention will be both a social and financial gain : decrease in future costs linked to curative healthcare, better mental and emotional health, lessening of stress and burn-outs and improvements in employment.

Other examples of propositions: provide a cultural service of 6 months for those not working – after their studies – to facilitate their orientation, social inclusion, and to improve the innovation and the creativity of the youth, reduce isolation or even facilitate multi cultural and generational interaction, all while improving the skills and futures of job seekers. An annual reminder for the other generations could also be possible, with an emphasis on those 50+.

All of these propositions are systemic ; they resolve multiple problematic issues, costing less while being more effective. This is why we think that this methodology must become popular and used by policy makers.

But… There is an essential requirement for this to succeed: the projects have to be led by people who are authentic and in service of common progress, people who have begun to really work on their personal conscience. Otherwise everything will ring hollow, and at the first attempt the projects will stall.

 

Workshop participants : Sarah Zamoum, Theophile Lienhardt, Julie Verhulst, Christian Ghymers, Michel de Kemmeter, Michèle Pasture, Antoine Arnould, Benoît de Bellefroid, Sven Van Kerkhoven, Bruno Arnould, Thibault de La Motte.