Inverser la pyramide du pouvoir

Avatar
Avatar

Latest posts by Antoine Arnould (see all)

Les proportions gigantesques prises par la division du travail ont séparé totalement le travailleur de ce qu’il produit. Dans le même temps, jamais une si petite minorité de personnes n’a possédé autant de richesses. Autrement dit, les acteurs sont séparés de ce qu’ils font. Leur pouvoir est nié. Si l’on étend cette analyse au pouvoir politique, on se rend compte que celui-ci reproduit ce processus de séparation entre dirigeants et dirigés. Il confisque l’activité créatrice des individus. Une nouvelle relation entre dirigeants et dirigés doit alors se réinventer. Analyse.

Réflexions sur les nouvelles formes de pouvoir

Le principe selon lequel les affaires publiques ne peuvent être confiées qu’à des personnes « spécialisées » est de plus en plus critiqué et mis à l’épreuve.   Le désengagement des citoyens des partis politiques, les taux d’absentéisme croissants dans les pays où le vote n’est pas obligatoire, la fracture réelle et perçue entre les citoyens et leurs représentants – tant idéologiquement que matériellement – plongent la « démocratie représentative » dans une crise profonde. La revendication des gilets jaunes pour la mise en place d’un referendum d’initiative citoyenne s’inscrit dans ce contexte. Cette demande est symbolique d’une volonté plus générale pour la construction de formes nouvelles de pouvoir.

Activité créatrice confisquée

Les proportions gigantesques prises par la division du travail ont séparé totalement le travailleur de ce qu’il produit. Dans le même temps, jamais une si petite minorité de personnes n’a possédé autant de richesses. La richesse produite par la majorité de la population est donc en grande partie accaparée par d’autres individus[1]. Il y a une séparation entre ce qui est fait et celui qui fait[2]. Autrement dit, les acteurs sont séparés de ce qu’ils font. Leur pouvoir est nié. Si l’on étend cette analyse au champ politique, on se rend compte que l’élite dirigeante a le même type de relation avec la population qu’elle dirige dans un territoire donné. Le citoyen doit voter pour les personnes qui le représenteront. Une fois le processus électoral terminé, les élus bénéficient du monopole de la prise de décision. De la même manière que l’entreprise capitaliste sépare les travailleurs de ce qu’ils produisent, le pouvoir politique reproduit ce processus de séparation entre dirigeants et dirigés. Il confisque l’activité créatrice des individus.

De nouvelles formes de pouvoir doivent alors se réinventer pour dépasser la séparation caractéristique des gouvernements avec la société. En ce sens, qui est au pouvoir importe moins que la relation entre dirigeants et dirigés. C’est cette relation qui est totalement à réviser. Le système politique qui attribue un pouvoir total aux dirigeants sans contrôle ni participation de la société civile ne pourra pas résoudre les grands enjeux sociétaux. Révolutionner la relation entre ceux qui exercent le pouvoir et ceux qui le subissent implique la création d’un espace démocratique qui permet l’écoute, le respect et l’exécution de l’avis des citoyens. La réorganisation de la relation entre électeurs et élus doit empêcher ces derniers de diriger seuls. La récupération du pouvoir-faire, de l’activité créatrice et de la dignité humaine passe par une inversion de la pyramide du pouvoir.

Démocratie participative : panacée ou insuffisante ?

Dans cette optique, plusieurs outils dits de démocratie participative ou directe existent ou (re)font surface dans le débat politique, entendu dans son sens large comme tout ce qui relève de l’organisation du pouvoir dans la société. Les référendums, les budgets participatifs, les forums ouverts, les panels citoyens, les conseils populaires, les plébiscites, l’assemblée constituante citoyenne, les plans stratégiques participatifs sont autant de pratiques qui remettent en cause le monopole de la prise de décision détenu par les élus et les partis politiques.

Ces démarches participatives ont le mérite de repenser l’organisation du pouvoir et la relation entre dirigeants et dirigés. Elles permettent, sinon d’empêcher, de réduire la séparation entre les élus et les personnes qu’ils représentent. Elles rappellent à ceux d’en haut que la démocratie ne se limite pas au dépôt d’un bulletin de vote dans une urne tous les cinq ans. Le citoyen doit aussi pouvoir décider les grandes orientations dans lequel son pays s’engage. Par exemple, il nous semble absurde qu’aucun referendum national n’ait eu lieu sur le traité transatlantique de libre-échange. Ce genre de décisions sort du mandat confié aux élus et a pourtant des conséquences importantes sur la vie de chaque individu. A défaut d’obtenir des résultats différents, ce genre de référendums nationaux aurait le mérite d’instaurer un grand débat de société idéologique sur des questions déterminantes pour notre avenir.

La participation populaire aux échelons locaux est encore plus légitime et efficace. En effet, plus qu’un simple rôle de consultation, ce niveau de pouvoir est plus à même de consulter mais aussi de permettre la participation et la co-création. Ainsi, les budgets participatifs communaux – en accordant une partie du budget aux projets citoyens et en laissant le citoyen choisir la façon de répartir les recettes – émancipent et considèrent le citoyen comme acteur légitime.

La fracture avec la population et les revendications de la société civile pour que lui soit accordée une citoyenneté « par le bas » obligent les dirigeants à (au moins faire mine de) partager le pouvoir. En effet, bien que les actions en ce sens tardent, il semble de moins en moins audible que les simples citoyens soient déclarés incapables de prendre des décisions politiques parce qu’ils ne comprennent pas les problèmes globaux de la Cité. Refuser l’implication citoyenne en utilisant l’argument d’immaturité du peuple revient en réalité à refuser le principe même de démocratie[3] selon lequel c’est au peuple de décider.

Si ces outils ont le mérite d’élargir la prise de décision à des acteurs qui en sont généralement exclus, ils présentent cependant des limites et ils paraissent clairement insuffisants. Premièrement, le danger est que les élus utilisent ces mécanismes pour légitimer leur pouvoir. Le tournant participatif risque de n’être que de la poudre aux yeux si les citoyens ne peuvent intervenir sur les politiques publiques qui n’ont que peu d’importance[4].

L’autre risque serait que les élus l’utilisent pour se légitimer mais sans respecter in fine les choix du peuple. De nombreux exemples européens abondent malheureusement dans ce sens. En 2015, le gouvernement grec organisait un référendum pour demander à la population si elle acceptait un troisième plan d’austérité de « sauvetage ». Le non l’emporta largement, avec 61,3 %. Pourtant quelques jours plus tard, le Premier ministre Tsipras céda aux chantages de la Troika et accepta le plan de redressement, allant ainsi à l’encontre de la volonté populaire. Les mêmes pratiques se sont réalisées en France et aux Pays-Bas en 2005 à propos de la Constitution de l’UE et en Irlande en 2001 et 2008 (Traités de Nice et de Lisbonne)[5].

Sans contrôle efficace de la population sur ses élus, les référendums et toutes autres sortes de démarches participatives ne sont en effet que de la poudre aux yeux qui aura en plus comme conséquence de décourager l’implication du citoyen. Pour parer au problème du non-respect de la volonté populaire, une solution est de mettre en place le principe de révocabilité des élus. Accorder un pouvoir de décision aux gens sur les sujets qui leur incombent requiert l’éventuelle exclusion des dirigeants qui ne respecteraient pas la volonté populaire. La révocabilité accorde au collectif un pouvoir de contrôle et de sanction sur l’autorité. Si un élu s’écarte de ses engagements ou se corrompt, la société aurait ainsi la possibilité d’organiser un référendum révocatoire pour juger s’il convient ou non de l’écarter de son mandat. En fait, la non-révocabilité des élus s’oppose au principe même de la démocratie.

Aussi, pour que la démocratie puisse pleinement s’exercer, la reddition de comptes est nécessaire. Comme tout un chacun, il est important que les élus soient soumis à une évaluation de leur travail. Une des manières de rendre des comptes est d’appliquer une transparence totale. Les salaires, par exemple, qui entraînent une différenciation économique et sociale du reste de la société ne sont pas souhaitables. Une rémunération juste et transparente éliminerait ainsi une source de corruption et permettrait d’éviter que certaines personnes veuillent obtenir un poste en vue de bénéficier de privilèges. Plus profondément, cette logique entend concevoir le mandat politique comme un travail au service du collectif et non comme un moyen d’enrichissement personnel.

Un autre défi concerne l’inclusion et la diversité des profils des participants. Une démocratie ouverte et large exige la prise en compte de la pluralité de la société et la représentation des diverses cultures, identités et secteurs sociaux. Le risque du développement participatif est de voir certains groupes sociologiques surreprésentés : notamment les classes moyennes qui disposent d’un certain capital culturel. Et à l’inverse de constater une absence tendancielle des profils historiquement exclus : les personnes issues de l’immigration, les ouvriers peu qualifiés et les femmes des milieux populaires forcées à être cantonnées aux tâches familiales et domestiques. Le problème ne serait que déplacé dans le sens où la prise de décision serait réservée à une autre minorité, certes plus élargie mais non-représentative de la diversité de la société.

Des solutions existent pour répondre à ce cas de figure. Le cas du budget participatif de Porto Alegre mis en place depuis 1989 est exemplaire à cet égard. Les personnes les plus pauvres y ont investi massivement les instances de participation. Les femmes sont plus présentes que les hommes aux assemblées et les personnes de couleur sont également bien représentées. Les groupes historiquement exclus sont fortement présents dans le dispositif participatif et sont devenus des acteurs légitimes et reconnus à l’échelle de la ville. C’est en partie la structure du budget participatif elle-même qui explique ces résultats satisfaisants. En effet, le dispositif prévoit une matrice qui considère le facteur de la carence en infrastructures et services pour accorder davantage d’investissements dans les quartiers plus démunis. Une autre explication réside dans le fait que des résultats tangibles ont été obtenus. Les budgets participatifs ont provoqué une augmentation de la justice fiscale et sociale. Le budget participatif de Porto Alegre est la preuve que des moyens existent pour permettre une participation représentative de la diversité de la société.

Aussi, une vigilance est requise pour que ces débats participatifs n’amplifient pas de faux problèmes, notamment les thématiques identitaires dont raffole l’extrême droite. Des débats légitimant l’expression publique de la xénophobie ne sont pas souhaitables. Les référendums encourageant les replis sur soi et le racisme ne peuvent être mis en place. Tout simplement parce que les droits humains fondamentaux ne peuvent être discutés et mis en jeu.

Enfin, dans la même logique, la démocratie ne doit pas s’arrêter une fois franchie les portes du lieu de travail. Il est absurde de repenser la relation du pouvoir politique si, huit heures par jour, la hiérarchie verticale reprend le contrôle sur nos vies. Le pouvoir créateur des individus est à retrouver dans les entreprises également. Les acteurs doivent être reliés avec ce qu’ils produisent, le sujet et l’objet réunis, ce que le capitalisme avait séparé. L’acteur doit pouvoir décider les orientations prises par l’entreprise où il travaille et avoir droit au chapitre en ce qui concerne les politiques économiques. Comme Castoriadis le souligne, comment être libre si d’autres ont plus de pouvoir, que ce soit sur le plan économique ou politique[6] ?

Inverser la pyramide du pouvoir

En somme, les outils de démocratie participative sont une avancée et un espoir pour élargir la démocratie et développer la citoyenneté. Nous l’avons souligné, des précautions sont à prendre pour que la participation soit diversifiée, inclusive, respectée, authentique et se traduise en résultats palpables. De manière générale, les outils de démocratie participative doivent se comprendre comme une volonté plus large de développement de nouvelles formes de démocratie. L’attrait pour ces outils traduit une volonté de réorganiser la relation entre élus et citoyens. Le tournant participatif, pour être complet, doit s’accompagner par des dispositifs de contrôles et de sanctions du collectif sur les élus : transparence et révocabilité. Il est également préférable que se mette parallèlement en place une décentralisation progressive du pouvoir pour faciliter la consultation et la participation à l’échelon local, niveau plus adéquat pour ce genre de pratiques.

L’addition et l’intensification de ces pratiques auraient pour conséquences d’inverser la pyramide du pouvoir et de réduire les élus aux rôles de coordination, de médiation, d’initiative et d’impulsion. Enfin, renforcer les espaces pour que la société puisse s’exprimer et exercer réellement le pouvoir revient à considérer la politique non plus comme une affaire de « spécialistes » mais comme un moyen permettant à tous de s’occuper des affaires de la Cité. Reste à savoir si les gouvernements sont toujours des centres de pouvoir dans un monde néolibéral globalisé, caractérisé par la subordination des Etats à la mobilité constante du capital mondial…

Antoine Arnould
Club of Brussels

[1] https://www.latribune.fr/economie/les-1-les-plus-fortunes-ont-accapare-82-des-richesses-creees-l-an-dernier-765516.html?fbclid=IwAR3GBsXdhNCFzJgjYu6OjuONmfBhbwyDCHbsd9pJjOf3AHOza5itMR16nPc

[2] Analyse empruntée à John Holloway, Changer le monde sans prendre le pouvoir, 2008

[3] http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2018_les-gilets-jaunes-ont-raison.pdf

[4] Sandrine RUI, La démocratie en débat. Les citoyens face à l’action publique, Paris, 2004

[5] Op. cit. http://www.barricade.be/sites/default/files/publications/pdf/2018_les-gilets-jaunes-ont-raison.pdf

[6] https://www.revue-ballast.fr/castoriadis-democratie-ne-se-limite-depot-dun-bulletin-urne/

 

Posted in Publications.