Des multisolutions pour un système durable

Publié dans l’Echo le 23 juilet 2019

Il reste une décennie pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 50 % et éviter les pires effets du réchauffement planétaire. Pourtant, la Belgique s’est opposée à voter la loi climat qui ne faisait que reprendre les obligations internationales. Ainsi, les querelles politiques et les intérêts économiques de certains lobbys bafouent notre droit fondamental à une planète viable et l’avenir des générations futures.

Changement de cap

Le réchauffement climatique n’est pas la seule perturbation environnementale causée par l’activité humaine : destruction de la biodiversité, épuisement des ressources, pollution de l’environnement. Ces urgences environnementales nécessitent un changement profond de paradigme, de mode de production et de consommation. La façon de « gérer la maison», l’économie, est totalement à remettre en question.

Ces problèmes environnementaux s’ajoutent à une liste d’enjeux sociaux tout aussi cruciaux. Le marché du travail se précarise et les inégalités croissent. L’ampleur historique des dettes cumulées rend le système financier très vulnérable. Le vieillissement de la population, la mutation des métiers, la rénovation et la construction d’infrastructures durables engendreront d’énormes coûts. La liste est longue.

Ces enjeux historiques ne pourront pas être résolus de manière linéaire (un problème = une solution). Nous n’aurons ni le temps ni l’argent pour ce faire. A l’inverse, nous proposons des solutions multiples, systémiques, qui répondent simultanément à plusieurs enjeux, afin de créer un écosystème de solutions accélérant la courbe d’apprentissage et d’impact positif.

Désinciter plutôt qu’interdire

Constatant la lenteur et l’hypocrisie des responsables politiques, nous avons imaginé des mesures à faire implémenter. S’appuyant sur nos recherches et l’expertise de profils divers, nous avons construit en intelligence collective quelques solutions systémiques.

Nous suggérons, par exemple, l’introduction d’un “PIB vert” comme nouvel indicateur de la santé d’un pays et de mener des politiques en conséquence: taxation du carburant de navires, de l’aviation et autres composants nocifs ainsi que des productions et importations en fonction de leur trace carbone. S’appuyer sur ce formidable levier qu’est la modification volontariste des prix relatifs pour internaliser les effets indirects – désinciter plutôt qu’interdire – permettrait aux énergies renouvelables de prospérer. Par exemple, désinciter les voitures de société rendrait plus attractif un “pack mobilité”.

Par rapport à l’agriculture, il nous semble pressant de diminuer les subsides de la PAC dédiées à l’agriculture industrielle chimique et de soutenir les projets qui favorisent la biodiversité locale, l’agro-écologie et la régénération des terres. Un de nos experts développe à ce propos un modèle de production locale de protéines végétales. Expérimenté dans des distilleries, la re-plantation en système de rotation de légumineuses a démontré un
rendement deux fois plus important que l’agriculture intensive. Ces méthodes créent de la main d’oeuvre utile et sensée. Les produits hyper riches en protéine peuvent aussi directement nourrir l’industrie bétaillère et l’aquaculture.

Agir en amont

Le remboursement de la médecine préventive par la sécurité sociale est également une solution multiple. La gratuité des séances, du coaching individuel et de groupe sur la prévention des risques serait un gain financier et social : diminution des coûts ultérieurs liés aux soins de santé curatifs, meilleure santé mentale et émotionnelle, diminution du stress et des burn-outs, amélioration de la mise à l’emploi.

Autre exemple de proposition : instaurer un service culturel de 6 mois pour les non-actifs – après les études – pourrait faciliter l’orientation, l’inclusion sociale, améliorer l’innovation et la créativité des jeunes, réduire l’isolement ou encore faciliter l’interculturalité et l’intergénérationnel, tout en améliorant les compétences des futurs demandeurs d’emploi. Un rappel annuel pour les autres générations pourrait aussi être possible, avec l’accent sur les 50+.

Toutes ces propositions sont systémiques ; elles résolvent plusieurs problématiques de front, coûtent moins chers et sont plus efficaces. C’est pourquoi nous pensons que cette méthodologie doit devenir populaire et être utilisée par les décideurs politiques.

Mais… condition essentielle de réussite: ces projets doivent être portés par des personnes authentiques et au service du progrès commun, des personnes ayant démarré un vrai travail de conscience personnelle. Sinon le tout sonnera creux et, à la première épreuve, les projets seront bloqués.

Les participants au workshop : Sarah Zamoum, Theophile Lienhardt, Julie Verhulst, Christian Ghymers, Michel de Kemmeter, Michèle Pasture, Antoine Arnould, Benoît de Bellefroid, Sven Van Kerkhoven, Bruno Arnould, Thibault de La Motte.

Posted in Articles for L'Echo, Publications.